Dossard

 

Vendredi 28 Mars : après une journée de boulot bien remplie, dodo à 23h30. Voilà ce que c’est de ne rien préparer dans la semaine et de tout faire au dernier moment. Résultat, je fait et refait mon sac plusieurs fois !!!

Samedi 29 Mars : debout 06h et c’est parti pour une longue mais (j’espère) belle journée !! Au moins, il fait beau et les températures devraient être largement printanières !! Dire que l’année dernière, y avait de la neige sur le parcours !!

 Comme l’année dernière, je trouve à me garer sur le Champs de Mars… en même temps, j’y suis tellement tôt que y a de la place !!!

Vers 08h, je récupère mon dossard.  Je retourne à la voiture me préparer tout tranquillement puis retourne au village départ récupérer ma balise GPS, pour pouvoir être suivi sur Nexxtep par mes innombrables fans !!! J

09h : il fait beau, pas (trop) froid. Je « contemple » le Trocadéro , de l’autre côté de la Seine, que je compte bien retrouvé d’ici … une demi-journée !!!

Trocadéro

 

 09h15 : Je me dirige toujours tranquillement vers le RER C. Je discute avec 2 gars pendant notre trajet.  45’ plus tard, me voilà sur la base de loisir de St Quentin. Ca y est, ça commence, on sent un peu la pression monter, je vais donc faire pipi J

On a encore le temps avant le départ alors je m’imprègne de l’ambiance et … je prends un petit-déj : Café, 4 Quart, Café… je retourne donc faire pipi !!

A 11h, je laisse mon sac de change à la consigne, j’hésite à y laisser mon coupe-vent mais je décide finalement de le prendre avec moi pour ce soir. Je partirai donc en short court, maillot court, manchette et tour de cou 

11h15 : Le sas de départ ouvre. J’y prends place, m’assoies contre les barrières et… profites du soleil en me relaxant. Je suis étonnamment très calme et très détendu…
11h45 : briefing sécurité du co-organisateur… puis dernier pipi J
11h55 : départ de la goélette, 6-7 personnes qui vont se relayer sur les 80 km du parcours pour faire profiter un enfant handicapé de cette belle journée !! Bravo les gars !
12h : Go !!!!! Nous sommes 1582 à prendre le départ

Mes 1ère pensées sont pour Bruno, du Team Cycliste de Bussy, qui l’a déjà fait et qui m’a donné quelques conseils: « ne pas partir trop vite car les 20 premiers km sont très roulants ». Check !

Les premières lignes sont parties comme des avions. Certains le paieront cash un peu plus tard dans la journée. Moi, je me cale à un rythme que le compteur indique entre 10 et 11 km/h…

Passage devant le nouveau Vélodrome de St Quentin. Ça aurait été sympa les JO ici...

Au bout d’une heure, j’ai parcouru environ 10.2 km très roulant, entre St Quentin et Montigny-le-Bretonneux

Les 1ères petites bosses arrivent une fois l’heure de course passée.
Là, à vrai dire, je ne suis pas très bien. Aucune douleur mais je n’ai pas la positive attitude, je me dis que ça va être long. Sentiments « aggravés » par le fait que je me fasse beaucoup doublé… mais je garde le cap et surtout mon allure

Ces mauvaises pensées m’accompagneront jusqu’au 1er ravitaillement à Buc au km 23. Certains organismes ont l’air déjà fatigués (il est 14h20, il fait chaud aujourd’hui) mais moi, ça va et quelque part, cela me réconforte. Pardon les copains de me « réjouir » de vos malheurs !!

Je remplis mes 2 bouteilles de devant mais pas ma poche. Ça ira bien jusqu’au km 44… Je mange du salé (Tuc…) et un morceau de banane (bien mûre la banane, ou bien sale je ne sais pas) et je repars pour m’arrêter 500m plus loin pour la pause pipi (j’aime bien un minimum d’intimité dans ces moments-là !!).

Nous attaquons alors la partie la plus dure du parcours : pas mal de dénivelé +, mais surtout pas de ravitaillement solide avant 30km (seulement de l’eau d’ici 20 km). C’est là qu’il va donc falloir gérer !!

Sans y faire attention, et alors que l’on attaque les 1ers vrais coups de cul et 1ères vraies bosses, je passe du bon côté de la force !!! Retour de la positive attitude !!! Je marche d’un rythme certain (ou d’un certain rythme…) dans les bosses, je laisse descendre le palpitant une fois en haut et je me remets à trottiner ensuite.  Je pense également à boire régulièrement, si régulièrement qu’à 2-3 km du ravito, je suis à sec … j’aurai dû remplir la poche à Buc !

J’arrive au ravito de Meudon en 05h20, la mi-course est passée. J’ai le sentiment d’avoir bien géré cette portion. Le message de Céline (« t’as nické 200 mecs ») confirme mon ressenti.  Je suis en fait rentré dans la zone (certains diront ma bulle J)  et je n’y bougerai plus jusqu’au km70 !!

Je refais le plein de la poche à eau (100% eau) et de mes 2 petites bouteilles (boisson énergétique, plus ou moins diluée) et je repars en marchant un petit moment, le temps de manger un peu.

Certains semblent bien touchés là assis par terre... A quand mon tour ? Je ne me pose même pas la question.

En repartant, on aperçoit la Tour Eiffel depuis le Parc de l’Observatoire de Meudon. Dire qu’elle est là, mais qu’il reste encore 33 km de course…

 

Vu_Meudon

 

Une deuxième course commence à ce moment-là. Je ne sais pas l’expliquer mais moins de bruit (ça parle moins, nous ne sommes plus en grappe mais un peu plus éparpillés…), il est 17h30 et la luminosité commence légèrement à descendre…

J’adopte alors une nouvelle stratégie: le saut de puce. A partir de maintenant, les ravito sont espacés de maxi 12km, donc à chacun d’entre eux, je me projette sur le suivant et pas plus loin.
Je (re)connais en partie les chemins empruntés maintenant car nous sommes sur le parcours du 30km que j’avais fait l’année dernière. Est-ce un avantage ou un inconvénient, j’sais pas : tu sais où tu es… mais tu sais également quelle distance ou plutôt combien te temps environ te sépare de l’arrivée !! et ça fait peur J

Il reste de sacrées côtes à franchir, selon le même rituel : marcher, récupérer et repartir. Notamment un gros morceau peu après le ravitaillement et celle en repartant de Chaville (après une grande descente qui aura eu raison de pas mal de paire de jambes à mon avis)

Moi, dans cette partie, je suis étonnamment serein et me surprend même à être (relativement, tout est relatif) à l’aise en descente.  A moins que cela ne soient mes compagnons de balades qui perdent en lucidité…

Km 58 et 06h44 de course, j’arrive au ravito de Chaville. L’obscurité envahit peu à peu la course. Je refais le plein de la poche, des bouteilles, mange Tuc et Banane, met le téléphone à recharger… et aperçoit donc certains de vos messages… et je repars le cœur léger, la tête légère et surtout, sans trop de douleurs aux jambes… cool !!

Je reprends donc ma stratégie du saut de puce… 12 km avant le ravito de St Cloud et commence alors une 3ème course : dans l’obscurité puis la nuit, c’est complètement autre chose !!

Après quelques km, je m’arrête 30’’ pour mettre la frontale. Il fait désormais bien nuit quand nous pénétrons dans le Parc du Domaine National de St Cloud, l’atmosphère est… détendue, magique, étrange.
Un petit peloton s’est formé (la nuit resserre les liens…) et nous nous surprenons à discuter et même plaisanter.

Km 70 et 08h20 de course, arrivée au dernier ravito, sur les hauteurs du Parc de St Cloud. La vue sur Paris est magnifique, je prends une photo avant de me restaurer.

Vue_StCloud

 

 

Remplissage de la poche et des bouteilles, miam-miam et ça repart. Là, je commence à sentir mes cuisses. Pas de crampes mais les descentes ont fait leur œuvre de destruction. Mais bon, ça sent bon les écuries, il reste moins de 10 km et quelques escaliers à grimper. Serrer les dents et tenir le dernier quart d’heure !!!!!! Enfin un peu plus…

Une dernière longue descente nous amène sur les bords de seine à hauteur de Boulogne. Nous longeons la seine. C’est un peu longuet, par très glamour mais la Tour Eiffel et le Trocadéro valent bien ce sacrifice.

La fatigue est là, la lassitude mentale aussi. Je coupe plusieurs fois mes efforts avec quelques dizaines de mètre de marche… avant de me remettre à courir.

Nous passons au pied de la côte des Gardes, emprunté par Paris-Versailles. Euh, une autre fois, mais là, non merci !!

A 2-3km du but environ, je relance un peu l’allure. Dès fois qu’il y ait la télé !! J

Nous enjambons une dernière fois la Seine par le pont Bir Hakeim et pour finir de nous achever, l’organisation nous fait monter TOUTES les marches, pour arriver au Trocadéro par le haut !!

 Et là, il ne reste que 500m, je serre les poings, c’est (presque) gagné.

Je commence à savourer, je prends tous les applaudissements des touristes et des spectateurs (qui attendent certainement fébrilement l’un des leurs) comme si je venais de gagner le marathon olympique, j’accélère… un peu, je bombe le torse, je ne fronce plus des sourcils pour montrer que je n’ai pas mal… et c’est la délivrance au bout de 09h42 de course !!!!

Bip !

Je suis Finisher !!!!

 

Parcours_Eco_Trail_2014Ca, c'est fait !!!

Je franchis le podium d’arrivé en compagnie de Jorgen, un suédois qui m’aura doublé et que j’aurai doublé une dizaine de fois sur les 5 derniers km !!

Je kiffe quelques instants, félicitent les gars qui arrivent juste après ; je m’engouffre ensuite dans une petite tente et récupère mon T-Shirt de Finisher (c'est pour cela qu'on est venu, non ?). Et là-bas, au loin, j’aperçois une bouteille que 1664 qui m’appelle… surtout ne pas la faire attendre :)

5’ de savourage supplémentaire plus tard le long des bassins du Trocadero, je me dirige vers les quais pour un petit repas… et une bière… puis direction la voiture … et la maison.

Je ne le dis pas souvent (et ne le pense pas souvent non plus) mais je suis fier de moi sur ce coup-là !!!
=> Le résultat est là (Finisher, dans le 1er gros tiers du classement puisque 488ème sur 1320 finishers et 1582 partants !!!) mais en plus, je suis super satisfait de la manière dont j’ai géré la course (et donc surement ma préparation): être le plus régulier possible, ne pas partir trop vite sur ces premiers 20km roulants, bien d’hydrater, bien s’alimenter… Avec maintenant 2 jours de recul, je ne me souviens déjà presque plus des mauvais moments… 

Me voilà maintenant en possession de 2 points UTMB… :)

  

Remerciements (cette partie ne concerne finalement que Anne-So puisque tous les autre, vous l'avez déjà lu sur Facebok !!!!)

Merci à Sandrine de me supporter… et de me supporter !!!

Merci Papa et Maman

Merci à vous qui m’avez aidé (avant) encouragé (avant, pendant) et félicité (après) :
Stevan c’est sûr, tu viens pas au DFU ?
Isabelle et Slice Zen : vous venez quand ?
Laurent « Haribo » : bonne prépa à toi, bon kiff
Jean-Christophe : tu me dois toujours un tour des 25 bosses… mais pas tout de suite ! et bon Boston !
Marie-Louise
Dominique (Duf)
Za : bonne prépa à toi également
Aline : désolé que ton aventure de se termine pas aussi bien que la mienne
Muriel
Laurence : supportrice Number 1 !!!!
Véronique
Christophe Malardé pour son Guide du Trail et de la Course Nature
Ultra Trail La Course Intérieur et son auteur Dominique !!!
Laulesp : rendez-vous au DFU !!
Katia : tu vois, j’suis bien rentré
Damien et Emilie
Thierry
Yann : bon marathon !!
Philippe : ça te rappelle quelque chose, non ?
Jean-Marc : prêt pour le rosbeef !!
Anne-So : tu arrives quand sur FB ?
Hélène
Mélanie : des fois, ils font des choses pas nettes les gars, non ?
Claire
Eric Gil: continue à poster tes belles photos de run !!
Steph : bonne saison !!
Greg Runner : désolé pour toi !!
Sylvain G : force et honneur !!!!
Céline G
Céline L : j’ai pensé à toi, au moins 3 fois un peu avant le départ J
Candice
Arlette
Sylvain S : à bientôt dans les Vosges ?
Catherine (Patriiiiiiiiiick !!!)
Yo
Marie-Christine
Franck : Bonne saison
Sandrine : même question qu’à Mélanie !!
Jonathan
Chantal
Fabrice
Stéphane
Hugues
Matéo
Ludovic : bon marathon !!!!
Vélostar : mais qui es tu vraiment ?! J
Seb Weyer tu vas en claquer une dans les semaines à venir, c’est sûr !!
Runner Francky Bzh
Jean-Pierre Run Run

 

 

Dossard

 

 

 

Bonus Track, pour ceux que cela intéresse :

 

Matériel utilisé

-          Cuissard court Kalenji de 7 ans d'âge
-          T Shirt de Running Classique, aux couleurs du Team Cycliste Bussy, neuf... mais ça, c'était avant
-          Chaussette de Trail Kalenji (top !)
-          Chaussure Asics Gel Fuji Trabuco
-          Sac à Dos Kalenji Large AH12, très pratique, se faisant largement oublié,même plein. Seul problème : il a déteint et mon T shirt est mort !!! 
-          1 bracelet date-vitae avec les informations importantes (tel d’urgence, groupe sanguin…)
-          Dans le sac justement, il y avait :
                  un cache-cou
                  des gants fin
                  une casquette
                  de la crême anti-frottement
                  un paquet de mouchoir
                  des pansements
                  une couverture de survie (obligatoire).....      notez bien que jusqu'à là, rien de m'a servi!!!
                  un chargeur de téléphone (sans fil, bien sûr, sans fil...)
                  deux brassards réfléchissants (obligatoire)
                  une frontale avec piles de rechange
                  un goblet de 15cl
                  mes clefs de voiture...

Pendant la course, et hors ravitaillement, j’ai avalé

-          de l’eau (via la poche à eau de 1.5 l. Elle n’a contenu que de l’eau)
-          de la boisson énergétique (3 sticks au total, dans 2 petites bouteilles en plastique de 33 cl)
                       au total, je pense avoir bu entre 4 et 5 litres. Surement pas assez puisque je ne suis pas soulagé entre le km25 et le retour à la maison
-          4 gels énergétiques
-          2 barres énergétiques sucrées
-          2 barres énergétiques salées
-          2 petits sandwiches pain de mie-jambon
Aux postex ravito, j'aurai privilégié: saucisson, tuc, banane, coca

 

Résultats

Au scratch : 488ème sur 1320 finishers et 1582 partants.
Dans ma catégorie : 184ème sur 455 finishers et 539 partants

 

Classement_Eco_Trail

 

Stat_Eco_Trail_2014