Et 1, et 2 et 3… et 4… 4ème participation pour moi à l’Eco Trail de Paris… Après avoir bouclé le grand chelem l’année dernière (les 3 distances en 3 ans), me revoilà sur la course reine, le 80km… pour avoir le droit de monter au 1er étage de la Tour Eiffel à l’arrivée, ce que n’avais pas pu faire il y a 2 ans pour case de travaux… 

Il a bien changé le bonhomme en 2 ans… En 2014, je dépassais pour la 1ère fois les 30km en course… Aujourd’hui, j’ai un peu plus d’expérience… ajouté à cela que je commence à connaître le parcours, je nourris des ambitions (quel grand mot !!) pour cette année :  descendre sous les 9h, soit 40-45’ de moins que la dernière fois… 

Côté prépa : du classique… course à pied et vélo… J’ai reproduis le même schéma qu’en 2014… Entraînement croisé, utilisation du vélo-taf ou du running-taf pour optimiser le temps disponible… 3 grosses sorties sont venues s’ajouter sur le dernier mois et demi : 180 km en vélo et 2 rando-course dans la Forêt de Fontainebleau : 35km en février et surtout 50km début mars… C’est lors de cette sortie que j’ai réalisé que les 9h étaient atteignables… Une belle sortie, finies pas trop entamé, à une moyenne bien meilleure que ce que  je réalisais encore l’année dernière… Mais en trail long, on n’est jamais sur de rien, alors… prudence…. 

Tiens, en parlant de Trail… je ne comprends pas tout ces débats (gentillets… ou pas) sur l’Eco-Trail… Beaucoup doutent de l’authenticité de cette épreuve… parce qu’en région parisienne…. Comme si le Trail et Paris n’étaient pas compatibles… Alors oui, il y  des endroit pas très glamour comme passer au dessus de l’A14 ou le l’A86 ou encore les derniers km sur les bords de Seine… Mais, plus de 90% du parcours se fait sur sentiers, roulant certes, au milieu des forêts de l’Ouest Parisien, les bosses sont courtes mais bien choisies pour faire mal… au final, moins de bitume et presque le même dénivelé qu’une Saintelyon par exemple…

Bon, revenons à nos moutons…  Vendredi, J-1… fin d’une semaine de récup (et oui, ça m’arrive…) avec 1 sortie de 13 km le mardi, 40km de vélo jeudi et enfin 5 km à pied vendredi, histoire de tester le matos (lampe, réglage du sac...).. quelques whisky-coca pour l’anniversaire de tonton Bob et c’est l’heure du paquetage…

Dossard

Samedi, 6h… debout et départ pour Paris… Il est tôt mais arriver sur place me permet de trouver de la place pour me garer assez facilement près de l’arrivée… et j’aime bien m’imprégner de « l’ambiance » en arrivant tôt… Bon cette année, bof, y’a pas grand-chose sur l’aire d’arrivée de bon matin… Je me dirige donc vers le RER assez tôt pour prendre la direction St-Quentin… 4 ans et scène toujours aussi surréaliste de voir des centaines et des centaines de coureurs à pied, en tenues, sac sur le dos… sur le quai d’une station de RER un samedi matin…

 10h… J’arrive sur la base de loisirs St Quentin en Yvelines, lieu du départ…. Ca caille… (5°C, vent frais)… Nous sommes quelques uns à nous retrouver autour… d’une étuve ou chauffe l’eau pour le café et le thé… On se raconte nos aventures passées, à venir… ceux qui ont déjà participé donnent des conseils aux novices… conseils qui ne seront sans doute pas respectés car en fait, tout le monde fait comme il veut…. et comme il peut J

 11h-11h15, faudrait quand même songer à se préparer… Je trouve un coin, et hop, c’est parti…  Crème anti-frottement sur les pieds, pommade sur les cuissots, rangement du sac, préparation des ravitaillements, remplissage des bidons et hop, le bonhomme est prêt… Ca m’a quand même pris une bonne 1/2heure cette affaire !!! Je donne mon sac de change à la consigne et me dirige vers la ligne de départ… Reste 25-30’ avant le départ mais comme on se sert tous, il ne fait pas trop froid…

Départ

 12h : l’heure du briefing de l’organisateur… A l’entendre, on se rend compte que cela ne doit pas être facile à organier une manifestation de cette taille en Ile-De-France, surtout en cette période…

 12h15 : Bam !!! C’est parti… Je suis pas trop mal placé, sur la 4ème ou 5ème ligne ce qui me permet de prendre « l’aspiration » des 1ers… oh, pas bien longtemps, car les leaders partent sur des bases de 3’55-4’ du kilo… ce que je dois tenir, difficilement, sur 10km plat !!!

 

Je me cale un à rythme compris entre 4’50 et 5’ (pour les novices, 5’/km c’est du 12km/h…)
Les jambes ne sont pas super super mais le souffle est bon alors on continue gaiement…

De tout façon, je me dis que pour atteindre mon objectif des –9h, il me faut partir (beaucoup) plus vite qu’en 2014 ou j’avais terminé en 09h43… car je ne compte pas sur les derniers km, plats, le long de la Seine, pour relancer l’allure… A ce moment là , je serai en train de serrer les dents…

A la fin de la 1ère heure, j’ai parcouru plus de 12km au lie de 10.5 en 2014… Et je me sens bien… Les 1ères bosses, à partir du 15ème km, me font baisser l’allure… je me situe entre 10 et 12km/h sur le « plat », je marche dans les patates et fais attention à ne pas trop passer dans les cuisses dans les descentes… Je pense aussi à boire régulièrement (merci Laure !!) , et finalement, le ravitaillement de Buc (km23)  arrive, vite, au bout de 1h57, contre 2h30 il y a 2 ans… Là, je me dis que si je maintiens un rythme correct, les 9h passent à la casserole.. Mais avec des si…

 Je mange un peu, fais du stock et remplis mes bidons… J’ai choisi de ne pas prendre de poche, juste des flasques et bidons… On y gagne un temps certain au moment du remplissage)… En repartant, je m’arrête faire un petit pipi, au calme J

 Là, on attaque le gros morceau de cet eco-trail… d’ici le km56, nous rencontrerons les principales difficulté (800m de D+) avec un seul point d’eau au km45… Ca peut être long…

 Je me remets à mon rythme de croisière, 10-12km/h, et hop, en avant Guingamp !!!
Arrivé aux environs du km30,  je subis un petit coup de moins bien… Aïe… Mais je suis assez lucide pour m’en rendre compte et relever, légèrement, l’allure et surtout je bois et je mange… Ca dure 4-5km, jusqu’au moment où, à la faveur d’un petit parking, j’aperçois 2-3 coureurs que se font assister, donc hors règlement… Ca m’énerve… Même à notre petit niveau ça triche… pfff… Du coup, comme je suis énervé, j’accélère… mon petit coup de moins est passé…

Comme je commence à connaître le coin (4ème participation entre les 3 distances), j’ai des repères qui m’annoncent l’approche du point d’eau de Meudon… Ca aide…

Depuis pas mal de km, depuis la sortie de Buc je crois même, je cours avec un espagnol… Sans se parler, on prend chacun de relais… lui dans les bosses, moi sur le plat…Sympa…

A un moment, je trébuche et manque de me planter… il était moins une… 100m plus loin, c’est au tour de mon collègue ibérique… sauf que lui, il se vautre… et il crampe… Je l’aide à la faire passer et me résout à partir seul après m’être assuré qu’il allait bien…  Il aura bien récupéré puisqu’il reviendra sur moi plus tard et nous n’allons pas arrêter de nous croiser jusque sur les quais…

 Km 46, le point d’eau de Meudon arrive… Beaucoup sont touchés, et demande à qui veut bien répondre si on en a bientôt fini avec les bosses… Je réponds à quelques uns qu’il reste une petite vingtaine  de km comme ça ‘en fait un peu plus, chuuuttt…) mais qu’à partir de maintenant, les ravitaillements sont espacés de moins de 12km chacun et que cela se gère mieux…

 A Meudon, je ne perds pas de temps… Je remplis mes 2 bidons (1.2l au total) et je repars de suite en marchant, le temps de me ravitailler en solide… Et puis, c’est reparti… un peu plus de 11km d’ici Chaville… Les jambes, sans être merveilleuse, répondent toujours assez bien… dans ma tête, je suis dans la Zone, conforter par le fait que je suis largement dans les temps pour faire tomber la barrière des 9h….

 Chaville arrive finalement très vite, en un peu plus d’une heure… et là, j’entends mon nom… ou plutôt mon surnom… Juste avant le poste ravitaillement, j’aperçois Laurence, Anne-So, Manonn et Denis, venu à ma rencontre… super cool !!!!

 

Moi_Chavilel

 Je vais recharger les bidons, boire un coup, manger et je retourne discuter un peu avec eux, une soupe la main… ils m’encouragent et de mon côté, vu l’heure, je suis quasi certain d’atteindre mon objectif, sauf blessure… Je repars après les avoir remercier une nouvelle fois, regonfler à bloc !!!  Mais j’arrive à rester lucide pour ne pas m’enflammer… Après la belle bosse entre Chaville et Ville d’Avray, on arrive assez rapidement vers Marne la Coquette… cela marque l’entrée dans le Parc de St Cloud et donc… la dernière partie de la course… Là, à la nuit tombante, j’ai un vrai coup de bien… Je mets le frontale et accélère le rythme… Il faut dire aussi, qu’il y a un profil relativement descendant pendant un petit moment…

Moi

 Cette année, ils on mis une sacrée patate pour arriver au dernier poste de ravitaillement… Elle fait un peu mal celle là… Un coca ou deux, remplissage des bidons, 2 -3 cahuètes, 1 tuc et 1 morceau de fromage plus tard, me voilà reparti direction la Grande Dame que l’on aperçoit au loin… Mais là, les jambes sont dures !!!  Je paye mon accélération de tout à l’heure… Tant pis, y’a plus qu’a serrer les dents pour les 10 derniers km…

 Comme d’hab, ces km ne sont pas les plus glamours… Nous sommes sur les trottoirs.. Mais pour égayer cela, les organisateurs nous ont pondu une dernière petite bosse,  vers Meudon… Là, mon Espagnol me rejoint et me passe… moi, je gère… enfin, j’essaie…

 Nous redescendons au niveau de la Seine pour emprunter ensuite l’Ile St Germain et son parc… à je rejoins mon pote espagnol… il prend ma roue et puis soudaint, pff, je ne sens plus le halo de sa frontale dans mon dos… il a explosé en plein vol… dommagen ça aurait sympa de finir « ensemble » après 35-40km en commun ou presque…

 On rejoint les quais au niveau du Pont d’Issy et là, c’est long, long… je me force à ne pas regarder mon compteur trop souvent pour ne pas me décourager… De leur côté, les automobilistes doivent bien se fendre la poire en nous voyant courir, la tronche de travers !!! C’est comme ça jusqu’au Pont de Grenelle… Heureusement que l’on sens la Tour Eiffel des rapprocher, ça aide…

31039379

 Nous empruntons l’allée des Cygnes pour arriver sur le Pont Bir Hakeim..  Je reçois alors un texto de Sandrine me disant qu’il était au pied de la tour… au passage, merci les montres connectées car mon téléphone était au fond du sac…

 J’arrive alors Pont d’Iéna… et là, une star !! La circulation est arrêtée pour nous faire traverser et entre 2 piliers de la Tour, nous courrons sur une estrade, sous les applaudissements de la foule en délire… Je récupère mon ticket pour les escaliers et, juste avant d’entrer dans le pilier, je vois Sandrine et les enfants… Un petit coucou, une main tendue… le bonheur… Je rentre dans le pilier et là, c’est le kiff… C’est LA raison pour laquelle je me suis inscrit cette année (il y a 2 ans, l’arrivée était au Torcadéro)… Je profite, je crie ma joie (« On y est les gars !!! »)…. Avec l’euphorie, je monte les marches 2 par 2 et d’un coup, le 1er étage…l’arrivée… 08h26 !! Objectif atteint et même explosé… Je suis ange… Je regarde le classement : 262ème… 2ème effet kiss-coooooo!!  Je récupère mon t-shirt et ma médaille puis je me dirige vers qui ressemble fortement une pompe à bière… et je m’y connais…

Donc, là, si vous assez bien suivi, je vois une bière au 1er étage de la Tour Eiffel, après une course de 80km sur laquelle j’ai atteints mon objectif…

Je crois que je suis content…

 

T_Shirt

Tour_Eiffel